Reçu le 14/10/2020, de N. W. via Info@bois-cambre.be

"Un bon renard ne mange pas les poules de ses voisins"

Cher Monsieur Close,

Annexé à la Ville de Bruxelles pour le bon plaisir du Roi, le Bois de la Cambre se situe à quelques 4 kilomètres du Pentagone. La carte fait penser au gerrymandering américain tant la configuration de ce petit arrangement semble artificielle.

Symbole donc du privilège régalien, ce bois lointain ne sied finalement qu'aux loisirs de Bruxellois assez fortunés que pour habiter l'avenue Louise et ses alentours, ainsi qu'aux riverains des communes avoisinantes. La majorité de la population dont vous être le Bourgmestre me paraît géographiquement bien trop distante que pour vouloir ou pouvoir jouir du Bois en semaine, et pendant l'hiver, n'en parlons même pas.

D'où la question qui me turlupine : pourquoi profiter honteusement de la crise sanitaire pour faire le forcing sans consultation citoyenne et vous montrer singulièrement déloyal envers vos voisins ? Le Bois de la Cambre est une toute petite alvéole verte de 124 hectares, écartée du cœur de Bruxelles, et qui jouxte le véritable poumon vert de Bruxelles-Capitale : les 5,000 hectares de la Forêt de Soignes. On peine à discerner l'urgence ou l'utilité de votre geste, si ce n'est peut-être d'éloigner de la ville les bourgeois qui n'affichent pas votre couleur politique.

Tant de travailleurs et de familles déprimés par le confinement auxquels vous tenez à présent à rajouter une couche de souffrance au quotidien, en leur imposant bruit, pollution, attentes interminables dans les files. Votre illustre prédécesseur avait banni les citoyens seniors du centre ville, voilà à présent que ceux-ci doivent se rendre à Bruxelles en trottinette, sacrifiés à l'autel de vos ambitions démesurées. Mayeur avait le piétonnier. Philippe Close aura le Bois de la Cambre.

Etudiante à l'âge de 55 ans, je dois me déplacer à l'ULB 3 fois par semaine. Pas de transport en commun pour me permettre de m'y rendre depuis le sud d'Uccle. Le trajet me prenait 20 minutes en voiture. Voici à présent qu'à mon âge, j'envisage de me coltiner l'université à vélo, dans le noir, dans la pluie, par des températures hivernales. Tout cela parce que Philippe Close en a décidé ainsi. Vous, évidemment, vous avez une voiture de fonction et un tram devant chez vous.

Il est vrai qu'on vous voit partout, souriant, aimable, jovial même, avoir réponse à tout en bon politicien bien huilé. Vous écoutez, certes, mais vous ne semblez pas entendre. Les discours unilatéraux sont devenus dans votre bouche des « concertations. Il n'est pas grave que les tests de mobilité aient lieu alors que la plupart des travailleurs sont en télétravail... « Parce qu'on peut toujours réviser les choses plus tard ». Votre langue de bois n'a d'égale que votre fausseté. Comme si vous envisagiez une fois chose faite de réouvrir le Bois si vos voisins venaient à trop souffrir. La douleur est déjà devant votre nez et vous prétendez qu'elle n'existe pas. Il faudrait donc vous croire sur parole ? Les citoyens impactés demandent à être consultés. J'irais même plus loin, nous avons le droit d'être consultés, étant donné que les raisons données pour cet abus touchent à l'écologie.

 « Prince qui n'a pas d'oreilles pour écouter n'a pas de tête pour gouverner ».

N. W.

Nous rejoindre

Pour être régulièrement tenu(e) au courant de l'avancement de la situation, ainsi que de toutes nos actions!

Chargement