Reçu le 18/10/2020, de N. C. via Info@bois-cambre.brussels

Par la présente, je voudrais vous signifier mon plus profond mécontentement par rapport à la façon dont le Bois de la Cambre est géré par la Ville de Bruxelles et la Région Bruxelloise, sans aucun égard vis-à-vis des personnes qui souffrent au premier chef de cette gestion chaotique depuis de nombreuses années. Je suis un riverain habitant proche du Bois de la Cambre et j'ai choisi cette localisation il y a longtemps, notamment pour la proximité de l'espace vert que constitue le Bois de la Cambre. Je ne suis donc évidemment pas opposé à une gestion qui partage la nécessité d'un espace piétonnier pour le bien-être des habitants et la mobilité tout aussi nécessaire de ces habitants.

Cependant, je soutiens fermement la Commune d'Uccle dans le recours engagé à l'encontre de la Ville de Bruxelles car je considère qu'il est inacceptable qu'une décision aussi radicale que la fermeture complète du Bois puisse être prise sans un minimum de concertation avec les premiers concernés, sans même un semblant d'information. Je remarque que la Ville de Bruxelles fait ses "expériences" de modèles de circulation loin du centre ville, là où cela n'a aucun impact sur ses propres électeurs mais par contre là où cela empoisonne le quotidien des riverains et des navetteurs.

D'ailleurs, l'idée même de faire un comptage en pleine période de pandémie est absurde. Il est évident qu'en cette période où le télétravail est vivement encouragé et où beaucoup d'habitudes de mobilité ont été modifiées, le comptage ne donnera aucune information sur le degré de nuisance réel de la fermeture du Bois. Il faudrait au minimum suspendre cette "expérience" en cours et ne la reprendre qu'au retour à une situation plus normale, après que les habitants des communes concernées aient eu le droit de regard qui leur revient.

Plus généralement, je voudrais argumenter en faveur d'une modernisation de l'administration du Bois de la Cambre. Je considère que le Bois doit être cogéré par les Communes directement impactées et concernées, c'est-à-dire Uccle et Ixelles, et non plus par des autorités lointaines qui basent leurs décisions sur des chiffres théoriques et ne vivent pas les tracas quotidiens que ces décisions provoquent.

N. C.

Nous rejoindre

Pour être régulièrement tenu(e) au courant de l'avancement de la situation, ainsi que de toutes nos actions!

Chargement